Skip to content
Comment vivez-vous la fin de l'année scolaire? Répondre ici

La musique d’un patriote en prison

Le flageolet double de Benjamin Viger

La conservatrice Lydia Bouchard nous raconte l’histoire du flageolet et de son ancien propriétaire. L’état du flageolet ne permet plus d’en jouer… pourquoi? Quelle était la sonorité de ce curieux instrument?

 

Un air patriotique

La journée nationale des patriotes est un congé apprécié de tous. C’est aussi l’occasion de se rappeler des rébellions de 1837-1838. Un flageolet double ayant appartenu à Denis-Benjamin Viger, conservé dans les collections du Musée de la civilisation, témoigne de cet épisode de notre histoire.

Denis-Benjamin Viger, patriote

Denis-Benjamin Viger (1874-1861) est un avocat, un journaliste et un homme politique associé au mouvement patriote. Il fait partie de la bourgeoisie canadienne-française qui milite pour une réforme démocratique des institutions politiques du Bas-Canada dans les premières décennies du 19e siècle. Ces membres de profession libérale dénoncent l’emprise des dirigeants coloniaux et des marchands britanniques. Ils réclament « un Conseil législatif électif, un Conseil exécutif responsable devant les élus, ainsi que le contrôle des subsides et de la liste civile par la Chambre d’assemblée ».

Photo de Denis-Benjamin Vigier

Musée de la civilisation, collection du Séminaire de Québec, 993.16443 https://collections.mcq.org/objets/137807

Viger fait son entrée à l’Assemblée législative en 1808, en même temps que son cousin Louis-Joseph Papineau (1786-1871), qui devient le chef du Parti canadien en 1815. Viger est membre de la haute direction du Parti canadien, qui prend le nom de Parti patriote à compter de 1826. Il se démarque comme un ardent défenseur de la culture canadienne-française et de ses institutions traditionnelles : le régime seigneurial, le droit français et l’Église catholique. S’il se tient à l’écart quand éclatent les rébellions en 1837 (il est alors âgé de 63 ans), au fil des ans, Viger ne cesse de contribuer à la promotion des idées patriotes en finançant et fondant plusieurs journaux comme Le Spectateur, La Minerve ou La Quotidienne. Il est d’ailleurs arrêté le 4 novembre 1838 sous l’accusation d’avoir encouragé des journaux séditieux. Il est emprisonné pendant 19 mois, au cours desquels jouer de son flageolet double lui procure un peu de réconfort. Viger est libéré le 16 mai 1840 et poursuit son implication politique jusqu’en 1858.

Flageolet double

Image d'un flageolet

Musée de la civilisation, photographe : Jessy Bernier – Icône, 51-41-1 https://collections.mcq.org/objets/364

Mais qu’est-ce qu’un flageolet double? C’est une flûte à deux tuyaux. L’un sert à jouer la mélodie, l’autre l’accompagnement. Son embouchure en ivoire est suivie d’un petit réservoir où s’accumule l’air avant de se diriger vers les tuyaux, ce qui permet de réguler la pression, un peu comme dans une cornemuse. Le flageolet double est un instrument anglais de la première moitié du 19e siècle, qui a connu un faible rayonnement en dehors de l’Angleterre. Le seul autre exemplaire répertorié au Canada est conservé dans un musée de la Nouvelle-Écosse. Celui du Musée de la civilisation est d’autant plus intéressant qu’il a appartenu à un personnage célèbre. Denis-Benjamin Viger l’a sans doute acheté à Londres, alors qu’il y faisait des représentations politiques.

Trajectoire improbable

Mais comment ce flageolet double a-t-il abouti dans les collections du Musée? Une note manuscrite qui accompagnait l’objet au moment de sa donation permet d’en retracer la chaîne de propriété.

Image d'un manuscrit

Musée de la civilisation, Mcqc2015-px1

Transcription : « Ce flageolet appartenait à l’Hon. Denis Benjamin Viger, le grand Patriote & Confesseur de la Liberté – sur lequel il jouait souvent pendant son long Emprisonnement dans les cachots de Montréal en 1838-39. Après l’élargissement (libération) de tous les autres prisonniers, il y resta encore plusieurs mois demandant son procès. Que le Sur. lui refusa & il dut céder à la fin & sortir pour sa santé chancelante. Il n’avait été qu’un otage des Despotes comme des centaines d’autres patriotes qui n’avaient pris aucune part aux Insurrections. Infâme gouvernement! L.J.A. P. Il m’est donné par Georges Cherrier, janvier 1884. »

Le signataire de cette note est Louis-Joseph Amédée Papipeau (1819-1903), fils de Louis-Joseph Papineau, chef du Parti patriote. C’est aussi le grand-père du donateur qui s’appelait, devinez comment? Louis-Joseph Papineau! On ne se cassait pas trop la tête pour nommer les garçons dans cette famille. Ce dernier habitait à Québec, rue Saint-Louis, lorsqu’il a confié le précieux instrument au Musée de la province, dont les collections sont aujourd’hui réparties entre le Musée national des beaux-arts du Québec et le Musée de la civilisation.

 

L’entendre

Vous aimeriez peut-être entendre le son de ce bel instrument? Il n’est malheureusement pas possible d’en jouer, en raison de sa fragilité. Le flageolet double est fait de bois et d’ivoire. Ces matériaux sont très sensibles aux variations de température et d’humidité. L’instrument est sec car il est silencieux depuis belle lurette. En soufflant à l’intérieur, on enverrait de l’air chaud et humide. Les parois internes se gonfleraient d’humidité alors que l’extérieur bougerait moins rapidement, ce qui créerait des tensions qui se relâcheraient par des fissures. Le Musée privilégie l’intégrité de l’objet à sa fonctionnalité, afin de le préserver dans le meilleur état possible pour les générations futures. Il existe toutefois des enregistrements effectués sur d’autres flageolets doubles :

Museum of Fine Arts Boston, Leslie Lindsey Mason Collection

Un objet chargé d’histoire

Les couches de sens qui s’accumulent sur certains objets les rendent vraiment fascinants. C’est le cas de notre flageolet double, un instrument anglais et rare, ayant accompagné un patriote dans sa lutte pour la défense des idéaux démocratiques et de la culture canadienne-française.

Au son de la douce sonorité du flageolet double, nous vous souhaitons un excellent congé!

 

Pour en savoir plus

Fernard Ouellet et André Lefort, « Viger, Denis-Benjamin »,  Dictionnaire biographique du Canada, http://www.biographi.ca/fr/bio/viger_denis_benjamin_9F.html, consulté le 2020-05-14.

Répertoire du patrimoine culturel du Québec, « Parti patriote », http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=18702&type=pge#.Xr15YahKg2w, consulté le 2020-05-14.

Une initiative du

Avec la collaboration de