Skip to content
Appel à objets Répondre ici

Documentez la pandémie

Témoignages Qui sont les héros de votre entourage?

Question diffusée du 18 juin au 9 juillet 2020

Depuis le début de la pandémie, nous avons la chance de voir le meilleur de l’humanité en action. Cette semaine, on veut mettre les héros de la pandémie à l’honneur. Votre ami, votre sœur ou votre mère vous inspirent par leur solidarité et leur dévouement pour les autres? Présentez-nous ces gens qui font une différence en ces moments difficiles. C’est l’occasion de leur rendre hommage!

Crédits photo: Marc-Antoine Hallé - Icône

 


Témoignage de Steven

27 ans, Laval

Travailler durant cette pandémie n’est souvent pas facile, mais avec une bonne équipe, j’ai l’énergie nécessaire pour passer au travers.


Témoignage de Pénélope

21 ans, Saint-Hyacinthe

Je me présente, Pénélope, jeune paramédic de 21 ans. Je côtoie la COVID à chaque jour de travail, je deviens quasiment «chummy» avec elle. Elle fait maintenant partie de ma routine. Équipements de protection individuelle, désinfectant, lavage de mains à n’en plus finir, etc. Je ne vois pas le virus comme un ennemi, contrairement à plusieurs.

Mon ennemi, c’est les gens qui ne respectent pas la distanciation sociale, qui mentent à propos de leurs signes et symptômes, qui rient de toutes les mesures drastiques instaurées.

C’est eux qui nuisent à mon quotidien, c’est eux qui me donnent peur d’apporter cette foutue COVID chez moi. J’ai décidé de faire ce métier afin de pouvoir aider la société de mon mieux, mais aujourd’hui, c’est à la société de nous aider. Nous aider à continuer de foncer la tête haute lorsque nous affrontons le cauchemar de certains. Sous le petit arc-en-ciel, il y a beaucoup de choses cachées. Plusieurs choses que vous ne pouvez même pas imaginer. Des restrictions médicales, des tonnes de décès, de la peur, de l’épuisement et beaucoup de fatigue. Si moi, les autres paramédics et tous les travailleurs essentiels avont été capable de changer nos habitudes de vie, vous l’êtes aussi. Ne baissez pas la garde contre ce virus.


Témoignage de Michel

64 ans, Québec

Je suis fier de mon fils, Jean-Philippe Montreuil, qui travaille comme premier répondant à la CTAQ de Québec, avec des horaires et des conditions difficiles parfois, en cette pandémie. Merci à tous ceux qui sont en première ligne. Personnellement, ça m’affecte beaucoup, tous ces changements sociaux.


Témoignage de Monica

40 ans, Montréal

Les mamans des familles nombreuses sont mes héroïnes. Celles déjà en congé de maternité ou qui ont des jeunes enfants pour lesquels elles ont dû mettre leur carrière sur pause, le temps de devenir femme au foyer, ce rôle qu’elles n’ont pas choisi, mais qu’elles ont accepté le temps d’une pandémie. Elles sont devenues enseignantes, boulangères, géo et championnes de l’approvisionnement alimentaire sans aller à l’épicerie, souvent interdite aux enfants au plus fort du confinement. Encore plus celles de la région montréalaise, pour qui les enfants ne sont pas retournés en classe, ni même à la garderie.

Maman 24/7 sans possibilité de décanter, d’aller prendre un verre pour souffler un peu, de faire garder les enfants par les grands-parents pour avoir une soirée en amoureux, ou pour aller au gym pour prendre du temps pour soi.

Elles ont voulu leurs enfants et leurs familles nombreuses, elles aiment leurs enfants plus que tout au monde, oui certes, mais elles ont aussi tout donné pendant la pandémie pour que leur bateau garde le cap pendant la pandémie, en s’oubliant.


Témoignage de Véronique

40 ans, Shannon

Mes héros et héroïnes à moi, ce sont mes collègues de travail. Ces perles rares qui font que les enfants sont en sécurité et en santé jour après jour. Certain(es) ne travaillent que 4 jours/semaine, d’autres 5, certain(es) les soirs et les week-ends. Certain(es) le font de leur maison, d’autres en installation. Mais toujours ils/elles sont présent(es) pour prendre soin des petits bouts de choux, pour donner des bases solides à la société de demain. Merci à mes collègues éducateurs(trices) qui ont été au front à leur manière et contre vents et marées, et ce, depuis le jour 1 de la pandémie, vous êtes une inspiration. Sans ces perles rares, les anges gardiens n’auraient pas été aussi nombreux au combat. Le Québec est fort lorsqu’il combat ensemble, reconnaissons la force de chacun sans laisser personne dans l’ombre. Merci aux éducateurs et éducatrices du Québec, vous êtes mes héros et héroïnes. ❤


Témoignage de Mélissa

43 ans, Lachine

Mon héros, c’est mon mari, qui est paramédic à Urgences-santé depuis 15 ans. En pleine pandémie et en pleine canicule, il revêt son uniforme avec visière et jaquette… Au front au quotidien! Bravo mon amour!


Témoignage d'Isabelle

49 ans, Québec

Mes parents. Ils ont plus de 70 ans et tous les ans, ils participent à une mission de coopération internationale. Cette année, ils étaient en Inde lorsque la pandémie a été déclarée. Leur vol de retour a été annulé en raison de la fermeture des frontières en Europe. Grâce à leur agence de voyage, ils ont pu revenir au pays. Quelques jours après leur retour, ils sont tombés malade de la COVID-19. Ça a été très difficile, surtout pour mon père. Mais ils sont passés à travers, avec la même confiance et détermination que lors de leurs missions humanitaires à l’étranger. Je leur lève mon chapeau!


Témoignage de Claire

57 ans, Verdun

Je suis cuisinière en CHSLD. Bien évidemment, mes héros, ce sont tous les gens qui ont offert 24h/24 les soins et services aux résidents sur les unités: préposés, infirmières, entretien ménager et technique ainsi que le personnel de la cuisine chargé d’aller porter la nourriture.


Témoignage d'Éloïse

17 ans, Laval

Ma mère est la personne la plus importante pour moi. Durant la pandémie, elle m’a soutenue, encouragée à passer au travers de la crise, et elle a su se gérer pour m’accompagner dans cette pandémie.


Témoignage de Nathalie

52 ans, Saint-Étienne-des-Grès

Mon mari Claude Pépin, enseignant au Collège Shawinigan et paramédic, un homme travaillant comme tout, toujours au poste comme un soldat. Il aime son métier et le fait avec cœur. Il enseigne aussi dans ce domaine, il forme nos paramédics, il met tout son cœur et prend son travail au sérieux. C’est aussi un papa et grand-papa merveilleux. Il donne aussi de son temps à sa famille, qui est une priorité dans sa vie. Ne manque jamais le travail, on pourrait même compter les fois dans sa carrière où il n’était pas au poste, alors c’est un excellent paramédic. Je lui rends hommage aujourd’hui car il mérite beaucoup plus encore pour tout ce qu’il fait entourant son métier et sa famille. Chéri, mon amour, le père de mes enfants et grand-père de nos petits enfants, on t’aime plus que tout, et bravo pour ton implication dans tout ce que tu entreprends. Bravo à toi ❤️👏


Témoignage d'Andréanne

17 ans, Rouyn-Noranda

Pour moi, voici les trois héros de la pandémie. Premièrement, les ados, étant moi même adolescente. Tu n’as pas le droit de sortir voir tes amies, ta gang. Ça été un énorme choc, car là, on est enfermés sans voir la famille et les amies. Deuxièmement, les éducatrices à la petite enfance, qui ont joué un grand rôle durant la pandémie. Elles ont travaillé, elles se sont mises en danger et leurs familles aussi. Sans elles, les infirmières n’auraient pas pu travailler et guérir tous ces patients. Troisièmement, les infirmières qui ont mis leur vie en danger à hôpital pour aller s’occuper des personnes atteintes de la COVID-19. Pour moi, c’est eux les héros de la pandémie.


Témoignage de Denis

67 ans, Québec

À ma conjointe Aline qui est infirmière et qui est fidèle au poste depuis le début de la pandémie dans une résidence de Québec. J’admire sa ténacité et son dévouement et ce, sans compter toutes les heures supplémentaires, faut le faire à 58 ans!!!!!!


Témoignage d'Anne-Hélène

63 ans, Québec

Avant la pandémie, mon conjoint Gérard allait visiter une amie dans un centre d’accueil, une femme dans la soixantaine atteinte de paralysie cérébrale. Pendant la pandémie, il a convenu avec elle de l’appeler tous les jours pour prendre des nouvelles et la soutenir. Cette dame ne peut presque rien faire seule, mais peut utiliser un téléphone. Elle a grandement apprécié ces rendez-vous quotidiens… et c’est même elle, à l’occasion, qui nous a remonté le moral. Elle a attrapé la COVID-19, et nous a tous surpris par son attitude sereine et son courage. Elle est maintenant guérie, et nous continuons d’échanger régulièrement avec elle, avant de retourner la voir. C’est notre héroïne!

Une initiative du

Avec la collaboration de