Skip to content
Comment envisagez-vous l’été sans grands rassemblements? Répondre ici

Témoignages Distanciation sociale: de quoi vous ennuyez-vous le plus?

Question diffusée du 2 au 9 avril 2020

Loin des yeux, près du coeur? Pour le bien-être de notre société, nous avons troqué une partie de notre liberté au nom de la sécurité. Cela implique bien sûr certains sacrifices. Qu’est-ce qui vous manque le plus? Un souper au restaurant? Une sortie quotidienne au gym? Racontez-nous ce qui vous rend le plus nostalgique de votre vie pré-pandémie.


Témoignage de Diane

69 ans, Montréal

Les rencontres avec nos enfants et nos petits-enfants. De se faire des soupers ensemble, de garder nos petits, de donner un coup de main à ces jeunes familles. De les prendre dans nos bras, de les embrasser.


Témoignage de Claude

63 ans, Québec

 


Témoignage de Sandra

42 ans, Pointe-Aux-Trembles

La distanciation, c’est penser à chaque instant où on se trouve, où les autres se trouvent. Anticiper les croisements. Une hypervigilance énergivore. Marcher et prendre l’air, c’est essentiel quand on est confinés, mais en ville, à Montréal, c’est difficile. La cohabitation piétons/distanciation/voitures. Mais le positif c’est que les gens se regardent, se saluent souvent.

Avant, on ne faisait pas attention aux gens, on était sur nos cell, dans notre musique, nos pensées. Là on est présents, ensemble.


Témoignage de Romane

11 ans, Sherbrooke

On ne voit plus nos amis et c’est ennuyeux! On ne peut plus jouer à quelque part d’autre que dans notre cour, mais au moins on a notre chat et le reste de notre famille, dont le bébé toujours trop joyeux. Avant, on voyageait, on jouait avec les voisins et on était pas mal libres. Mais maitenant… la plupart de nos activités extérieures sont en ligne. Je ne vois plus mes grands-parents, mais ma grand-mère m’envoie plein de choses cool. La nouvelle plateforme du ministère, l’École ouverte, nous donne plein d’activités et de propositions de sites. Moi et mes sœurs, on joue dehors ensemble, on attend la fin de l’hiver et du coronavirus avec impatience. Nous étions supposés partir en voyage au Costa Rica le 9 avril, mais ça a été annulé.

Je m’ennuie de ma vie d’avant… et ma vision du monde a changé à tout jamais.

On doit déménager bientôt et je ne sais pas comment ça va se passer. 🙂


Témoignage de Joel

35 ans, Saint-Férréol-les-neiges

Je m’ennuie d’aller à la piscine avec ma super nageuse de 2 ans.


Témoignage de Céline

70 ans, Québec

Ce qui me manque le plus en ce moment de pandémie, c’est la mer bleue et les plages de sable que je devais voir, le soleil et la chaleur. La couleur et les paysages que je devais prendre en photo me manquent aussi car ici, il n’y a pas beaucoup de couleurs ni de chaleur. Les sorties au resto et la visite de mes enfants et petits-enfants… surtout pour Pâques avec la course aux oeufs de Pâques que je fais chaque année, ne pourront être sur mon calendrier. Les soupers et dîners d’amis… le social, quoi. Mais je ne suis pas à plaindre, car j’en profite pour faire le grand ménage du printemps et de la peinture. Alors le temps passe quand même bien. Je fais beaucoup de marche.


Témoignage d'Amélie

34 ans, Montréal

C’est mon premier bébé et il y a trop de choses de chamboulées… 😭 – Pas de shower. Pas de visite d’amis ou de famille pour mon 3e trimestre. Plus de routine/job (prof). Mon chum travaille encore en service essentiel et on capote à l’idée qu’il rapporte la COVID à la maison […] Je dois changer d’hôpital. Je dois changer mes plans de naissance à 28 semaines sans savoir si d’autres hôpitaux vont faire la même chose. Mon chum n’a pas de permis, c’était mes parents qui devaient nous reconduire à l’hôpital. Maintenant, je n’ai aucune idée quoi faire et je hais l’inconnu […].

Je suis totalement désemparée, j’ai des gros downs et même s’il était voulu depuis tellement longtemps, je m’en veux d’être tombée enceinte à ce moment-là. La vie gâche ma possible seule grossesse. Je suis en criss, déçue, perdue…


Témoignage de Florence Élisabelle

Bientôt 10 ans, Québec

Moi et ma mère avons eu l’idée de faire un parcours à la craie pour faire bouger agréablement les gens qui passent devant chez nous. On s’est inspirés d’une fille qui a fait ça dans sa cour.


Témoignage d'Anne

33 ans, Québec

Je m’ennuie de mon travail! Je suis enseignante en adaptation scolaire, j’ai trois éducatrices spécialisées en classe avec moi. On est une super belle gang, on s’amuse, on aime nos élèves! Les interactions avec tout le personnel de l’école, les familles des élèves… Je pense que le fait que ce soit la routine, ça me manque aussi, ça me rappelle à quel point ce qu’on vit en ce moment est hors de l’ordinaire et nous perdons nos repères. J’ai la chance d’avoir trois merveilleuses filles et un conjoint en or, alors je ne me sens pas seule à la maison, au moins!


Témoignage de Gervais

57 ans, Montréal

Marcher sans risque! Aller au café! Recevoir de la visite! Aller en visite! Visiter les musées et expositions! Assister aux spectacles! Aller au cinéma!


Témoignage de Marie

52 ans, Québec

Je m’ennuie de ma fille de 19 ans qui étudie aux Pays-Bas, qui a préféré demeurer là-bas au cas où les cours reprendraient. Elle doit revenir à Québec en juin ou juillet. On se croise les doigts… Dès que les frontières seront réouvertes, on se paie un billet d’avion pour enfin se serrer très fort dans les bras et en pleurer un bon coup!


Témoignage d'Ariane

16 ans, Lévis

Le 12 mars 2020: la date qui marqua le début officiel de cette pandémie. Au début, nos réactions d’élèves de secondaire 5 étaient joyeuses. Deux semaines de vacances, c’est ce que la majorité du monde se disait. Cependant, avec les annonces de François Legault, notre premier ministre, nous avons vite compris que ça n’allait pas se dérouler comme prévu. Quand le premier ministre annonça que l’isolement allait se dérouler, dans les meilleurs scénarios, jusqu’au 1er mai, mes pensées tournaient en rond avec plusieurs questions:

Est-ce que je vais devoir reprendre ma dernière année de secondaire? Est-ce que je vais rentrer au cégep l’année prochaine? Que vais-je faire durant cette période?

Au début, mon anxiété a pris le dessus et plusieurs crises d’anxiété et de remise en question se sont fait sentir. Mes premières semaines de confinement se résumaient à: dormir, manger et pleurer. Par la suite, j’ai décidé que c’était assez et que j’allais prendre ce moment pour me reprendre en main: j’ai fini mes amitiés toxiques, j’ai recommencé à m’entrainer, j’ai commencé à avoir une alimentation plus saine et j’ai même recommencé à jouer de la guitare. […] Je pense cependant que nous allons sortir plus forts et plus unis de cette catastrophe.

Une initiative du

Avec la collaboration de