Skip to content
Appel à objets Répondre ici

Documentez la pandémie

Témoignages Comment imaginez-vous vos vacances d’été?

Question diffusée du 28 mai au 4 juin 2020

Les frontières sont fermées aux visiteurs, les festivals annulés, les restaurants et les hôtels fermés... Difficile de faire des projets pour l'été! Comment allez-vous profiter de la période estivale? Des vacances au Québec? Du camping dans la cour? Une partie de pêche urbaine? Partagez vos plans pour la belle saison!

Crédits photo : Réserve Faunique des Laurentides, Sépaq


Témoignage de Samiha

45 ans, Québec

Pourquoi pas des vacances consacrées à aimer sa maison, son quartier, sa ville? Je m’imagine dans ma cour, à méditer, observer la nature, lire, et occuper mes cinq sens.

Je m’imagine me balader dans mon quartier et dans ma ville à découvrir ou redécouvrir certains endroits. Faire la touriste dans sa ville, j’ai rarement l’occasion de le faire! J’imagine des journées de randonnée dans les parcs naturels. Exercices physiques, nature époustouflante et un grand bol d’air frais pour les cellules fatiguées. Je m’imagine aussi prendre le temps de ne rien faire. Se laisser aller au gré des envies du moment. Pourquoi pas? Et voilà, le tour est joué. J’ai hâte aux vacances 😃

Crédit photo: Havre de paix -Samiha Hazgui


Témoignage de Carole

69 ans, Québec

Mes vacances d’été se vivront au Québec dans la magnifique région des Escoumins, où les baleines passent en laissant leur souffle suspendu dans l’air, tout en ressuscitant chez moi ce sentiment d’appartenance à une nature plus grande que soi qui m’oxygène. Mon regard, devenu plus perçant grâce à un entraînement assidu d’une prise de conscience humanitaire, me conduira vers l’exploration de ma place dans ce nouvel univers.


Témoignage de Guy

71 ans, Montmagny

Quatre vieux chums qui vont à la pêche ensemble depuis 40 ans devraient pouvoir y aller et coucher dans le même chalet. (…) C’est révoltant… Ce sera l’été le plus plate que j’aie connu.


Témoignage de Pauline

77 ans, Saint-Jérôme

Mon imagination a débuté en janvier par la location d’un appartement à Québec. Chaque année, j’essaie de me créer des vacances adaptées à ma situation de vieillissement. J’ai longtemps fait du camping, des voyages à l’étranger, la visite de mon pays et du Québec. Je suis devenue au fil des années plus observatrice et relationnelle dans le choix de mes destinations. Je veux découvrir la beauté des lieux et prendre le temps de communiquer davantage avec les gens que je croise. La COVID-19 me dérange seulement en partie dans le projet que je vais réaliser.

J’ai décidé de vivre un mois à Québec, en appartement au Château St-Louis. Au cœur de Québec, dans une ville que j’aime énormément, pour y découvrir des petits coins inconnus et profiter de découvertes dans les alentours.

Je devrai faire des adaptations. J’avais prévu profiter de ce long séjour pour être plus en contact avec mes amis de Québec, et aussi faire profiter à mes amis des Laurentides de petits séjours en les invitant chacun leur tour. Là est ma frustration, pour le moment, car le confinement oblige à ne recevoir personne dans l’appartement loué. Je vais souhaiter un déconfinement, mais là encore, il faudra plus de prudence pour ne pas que je sois contaminée par le virus. L’adaptation dans la vie est un défi constant. J’ai eu à m’adapter tant et tant de fois dans ma longue vie que je réussirai encore à vivre de belles vacances d’été malgré les restrictions imposées. La COVID-19, avec sa dangerosité, amène les personnes à une sensibilité nouvelle, protéger sa vie, faire attention à l’autre et surtout saisir comment est précieux l’amour des gens qui nous entourent. À Québec, en ce mois du début de l’été, je pourrai prendre le temps de dire à mes amis que je les aime du fond du cœur.


Témoignage de Jean-Christophe

29 ans, Mercier

Moi qui habite à Gatineau en Outaouais, j’étais resté confiné à la maison pendant 47 jours et j’ai recommencé à travailler depuis trois semaines. Cette année, j’ai le droit à trois semaines de vacances et je prends deux semaines à l’été.

Pour cet été, à défaut d’aller aux Francofolies de Montréal, je compte faire du vélo en bonne compagnie dans la Rive-Sud et la Rive-Nord de Montréal.

Soit à l’île St-Bernard à Châteauguay ou à l’île des Moulins à Terrebonne. Question de me garder en forme autant physiquement que mentalement. Alors quoi de mieux que de faire du vélo avec des gens que j’aime, tant que l’on respecte les consignes de distanciation physique et d’hygiène des mains pour freiner la propagation de ce virus féroce. Ce sera un été vu sous un nouvel angle. Comme le disent si bien Yvon Deschamps et Bernard Derome: si la tendance se maintient, on va s’en sortir!


Témoignage d'Audrey

22 ans, Montréal

Cette année aurait été mon premier voyage backpack en solo.

Je devais partir à Hawaï pour une retraite de yoga d’une semaine. J’avais réservé mon billet d’avion pour rester sur l’île d’Oahu deux semaines de plus. Depuis, j’ai perdu mon travail et j’ai commencé à travailler ailleurs dans un service essentiel, donc pas de vacances pour moi cette année, on dirait!


Témoignage anonyme

53 ans, Lévis

L’an dernier, nous avions prévu un séjour de deux semaines en Gaspésie. Bien que le déconfinement soit amorcé et qu’il soit maintenant possible de réserver un séjour, nous avons décidé de reporter la découverte de cette belle région à l’an prochain. Nous avons entendu les inquiétudes exprimées par les Gaspésiens et nous souhaitons être solidaires. Ainsi, nous allons demeurer dans notre région Chaudière-Appalaches/Capitale Nationale. Nous avons aménagé notre espace à la maison pour passer le maximum de temps à l’extérieur. Nous avons fait un immense jardin que nous partageons avec nos enfants ainsi que deux familles du quartier. Nous avons également aménagé un espace cinéma extérieur. Nous comptons bien marcher notre ville et ses environs, encourager les commerçants locaux, faire des pique-niques, visiter quelques expositions aux musées de la région et aller au Grand Marché. Nous apprécions énormément le rythme imposé par la pandémie, bien que nous ayons conservé nos emplois tous les deux. Et, nous refusons de reprendre l’habitude de consommer à tout moment. Nous avons fait le choix de ne plus faire les courses le dimanche afin de préserver ce temps pour notre couple et notre famille.


Crédits photo : Réserve Faunique des Laurentides, Sépaq


Témoignage de Nathalie

41 ans, Kirkland

Cela peut sembler bizarre, mais pour une fois, cet été, je ne ressentirai pas la pression de devoir vivre le plus bel été de tous! Je vais profiter de ma cour et de ce qui sera autour de moi sans la culpabilité de ne pas en faire assez. J’apprendrai à prendre le temps et à apprécier le moment présent sans fla-fla. On dirait qu’à chaque retour de vacances, lorsqu’on nous demande «pis toi ton été, qu’est-ce que tu as fait?» et que nous répondons «rien d’extraordinaire, j’ai pris ça relax», on vient de dire que notre vie est plate, parce que nous n’avons pas fait le tour de l’Europe à dos d’âne en mangeant les meilleures pâtisseries! On cherche à impressionner en y ajoutant une couche de bonne sauce brune à poutine pour faire étirer l’émerveillement de l’autre face à notre récit, comme si on aimait le voir avoir l’eau à la bouche.

Eh bien pour une fois, nous serons pas mal dans le même «vibe» comme disent les jeunes, et chacun ressentira une certaine égalité peu importe sa situation économique. J’espère que nous contribuerons tous d’une manière ou d’une autre à faire rouler l’économie de notre pays… de notre province.

Bon été à toi qui avais prévu faire le tour du monde en deux semaines. L’été 2020 t’aura permis de faire plus avec ce que tu as et avec ce qui t’entoure.


Témoignage de Renée

60 ans, Bois-des-Filion

Un voyage de pêche pour quatre chums de gars, en pourvoirie sur la Côte-Nord, complètement raté parce qu’ils sont pas de la même famille! Une place carrément impossible pour une famille avec enfants, car c’est en milieu hyper sauvage, où ils doivent faire du portage entre les lacs… dans un grand chalet avec quatre chambres séparées… où il n’y a absolument aucune population car à 60 km de l’endroit… ben ça donne des vacances de ma… parce que le gouvernement pense qu’une gang de gars d’une cinquantaine d’années vont se faire des câlins dans l’bois!!! Ce sera des vacances de frustration!!!


Témoignage de Romane

11 ans, Sherbrooke

J’imagine mes vacances fantastiques et exceptionnelles! Il faut bien un peu d’optimisme dans tout ça! Mes grands-parents, ma sœur et moi allons passer une semaine dans un chalet au millieu de nulle part qui n’as pas l’électricité! Ensuite, une semaine avec eux à l’île d’Orléans, chez ma grand-mère.

De toute manière, je ne retourne pas à l’école, alors mes vacances sont considérablement agrandies!

Mais je ne peux pas en dire autant de plein de mes amis et voisins! Certains d’entres eux ne vont rien faire pantoute de leur été!

Romane 😉


Témoignage d'Anne

33 ans, Québec

Nous avons réservé un chalet au bord du fleuve. Nous avons trois filles de 1, 3 et 5 ans. On habite en ville, en appartement, et j’ai toujours été 100% satisfaite de profiter de l’extérieur en allant dans les parcs et les piscines municipales. Mais depuis le début de la distanciation, je n’en peux plus de leur répéter «Tasse-toi, quelqu’un arrive!» ou «Attention, deux mètres!» chaque fois qu’on sort prendre l’air. Alors mon seul rêve cet été, c’est passer une semaine à les regarder jouer, sans croiser personne et sans avoir à toujours rappeler ces règles! Baignade et sable, avec des enfants de cet âge, c’est tout ce que ça prend pour profiter des vacances!

Une initiative du

Avec la collaboration de